mercredi 4 décembre 2013

LE PROBLEME DU LIBRE ARBITRE TEL QU'IL SE POSE A LA LUMIERE DE LA LIBERTE AUTOCREATRICE ABSOLUE. Libre-arbitre comme participation à la liberté absolue (épisode 1).

Les termes courant du débat déterminisme/libre arbitre.

Voici un résumé des positions sur le débat autour du libre-arbitre et du déterminisme qu'on trouve dans l'article free-will de la page Wikipédia anglo-saxonne :
Cette régionalisation des positions réduit les multiples positions philosophiques possibles :


Une phénoménologie rigoureuse de la conscience alliée à la prise en compte des faits matériels réduit selon nous ces possibilités.

Tout d'abord, nos connaissances scientifiques nous amènent à admettre que le fait de l'indéterminisme s'enroule sur le fait du déterminisme.

Considérons le fait indéterministe. Il a été largement démontré par la science contemporaine à l'encontre d'un modèle hyper-déterministe type démon de Laplace qui renseigné sur toutes les conditions initiales à un certain temps t0 pourrait prédire toutes les conditions à chaque instant t0+t.
Le fait indéterministe se distingue d'un probabilisme statistique concernant des objets car il met en jeu non seulement l'objet mais l'instrument de mesure et l'observateur.
On peut estimer que ce qui est vrai au niveau microphysique vaut en un certain sens aux niveaux macro-physiques puisque une émergence y est envisageable.

Nous allons montrer que l'indéterminisme est une condition nécessaire de la liberté.

Considérons d'abord une expérience de pensée proposée par Peter van Inwagen.
Si on revenait en arrière dans le temps par une sorte de replay, l'acte de choisir librement sans être déterminé aboutira à d'autres suites d'événements que ceux observés lors du premier passage. Chaque replay ouvrira une série d'événements nouveaux.
Cantonnons-nous à un choix à 2 options. Plus on ferait de replay plus on devrait observer une situation semblable à une probabilité d'avoir à tant de pour-cents tel choix et à tant de pour-cents tel autre choix.
Ceci est une expérience de pensée qui nous fait voir qu'un choix libre non déterminé se présente comme une situation d'indéterminisme fondamental.

Prenons quelqu'un à qui dans une pièce est demandé de choisir toutes les minutes d'appuyer sur un bouton lumière verte ou un bouton lumière rouge. Dans une salle adjacente où les lumières rouge et vertes s'allument, ne pourrait-on pas faire des paris considérant qu'il y a hasard ? Du point de vue de son intériorité le sujet qui choisit d'appuyer sur tel ou tel bouton pourrait affirmer choisir librement et du point de vue extérieur on aurait une situation d'indéterminisme. A l'inverse si dans la salle on découvrait une suite d'éclairages vert ou rouge obéissant à des lois, l'impression de libre choix devrait être considérée comme illusoire.

Cependant cette deuxième expérience se rapproche de l'expérience de Benjamin Libet (résumé ici par le site automates intelligents) :
Diverses observations semblent confirmer l'hypothèse du caractère illusoire de la décision volontaire. On peut citer celle, aujourd'hui très connue et commentée, des neurobiologistes Benjamin Libet et Bertram Ferstein de l'Université de Californie. On demande à un sujet de plier un doigt volontairement, en indiquant précisément à quel moment il prend la décision d'accomplir ce mouvement. Des appareillages adéquats enregistrent le temps mis entre l'annonce de la décision et la réponse du motoneurone et du muscle concerné, soit environ 200 millisecondes, ce qui est normal. En revanche, environ une demi-seconde avant l'annonce de cette décision, des enregistreurs placés sur le crâne du même sujet notent une activité électrique neuronale dans l'aire du cerveau en charge de la prise et de l'exécution de la décision. Ceci peut être interprété comme le fait que l'action précède la conscience, d'un temps considérable. Il y a donc quelque facteur en amont de la décision consciente qui provoque son déclenchement. Faut-il en déduire que nous sommes des automates, et que l'impression de libre arbitre n'est qu'une illusion ?

L'expérience de Libet suggère que l'indéterminisme peut être incompatible avec tout libre-arbitre. Toutefois à partir des deux expériences précédentes (le replay et le jeu des lumières verte et rouge), nous pouvons au moins conclure qu'un indéterminisme observé extérieurement est la condition nécessaire d'une impression intérieure non illusoire de libre choix.

Une condition nécessaire n'est pas une condition suffisante. L'expérience de Libet suggère l'existence d'un mécanisme indéterministe qui par sa mécanique fait pencher quelque chose aléatoirement d'un côté ou l'autre sans que la chose soit libre d'effectuer des choix conscients non causés inconsciemment.

Spinoza a suggéré qu'une pierre à qui une impulsion aurait été donnée, devenant consciente de cette impulsion devenue sa force propre pourrait croire se mouvoir volontairement librement alors que sa volonté ne serait pas libre, l'impulsion lui ayant été transmise de se mouvoir en tel sens avant qu'elle en soit consciente. Imaginons maintenant un mécanisme indéterministe prenant conscience de soi : ne serait-il pas encore plus facilement victime d'une illusion comparable à la pierre lancée, dans la mesure où il observerait en lui une indétermination se déterminant ? L'existence d'un coup de dé ne prouve pas le libre choix, si ce coup de dé nous détermine à telle option.

Donc si l'indéterminisme est la condition nécessaire d'un libre choix, il n'en est pas la condition suffisante.

Pour que l'indéterminisme ne s'oppose pas à un libre choix, il faudrait qu'il ne soit pas extérieur à la conscience et que de cet extérieur il la détermine, il faudrait qu'il soit le fruit même de la conscience.

Il est vrai que la conscience individuelle ne peut guère prétendre envelopper en son sein l'indéterminisme. Mais reconnaissons que tout ce qui apparaît y compris notre conscience de soi personnelle apparaît dans une conscience pure.

Rien n'est jamais apparu en dehors de cette conscience pure y compris notre conscience individuelle. L’œil même du savant qui se dit matérialiste n'est pas un œil matériel, c'est un œil au sens figuré de conscience pure.
Du point de vue de cette conscience pure universelle et unique en laquelle toute conscience individuelle s'étend, l'indéterminisme observé sera la vision d'une libre création, d'une auto-création dont nous sommes co-auteurs.
La vision en première personne, à laquelle nous invite Douglas Harding entre autres, nous met donc en contact avec une liberté absolue.
La conscience pure ne fait pas de choix : elle recrée instant après instant à l'identique ce qui apparaît en elle et elle innove tout en recréant.

Considérons la position du problème de l'existence ou non du libre-arbitre une fois que s'est éveillée la liberté auto-créatrice de l'absolu dans l'intériorité du sujet. 

Quand on me demande d'allumer au choix la lumière verte ou la lumière rouge,  le choix qui surgit préférentiellement dans la conscience est vu surgissant de la conscience pure et non du sens individuel qui s'y ressent au premier plan. Or je suis en profondeur conscience pure plus que ce sens individuel qui s'y montre au premier plan. Ce qui émerge dans la conscience pure est de l'être même dont surgit la conscience pure. Le voile de lumière ténébreuse de la conscience pure pour le sens individuel ne recouvre que la liberté absolue et autocréatrice du tout. Si le sens individuel adhère à celle-ci, comment pourrions-nous dire qu'il en est déterminé ? Si la conscience veut du hasard du point de vue du sens individuel, pourquoi ne demeurerait-elle pas libre ? Par ailleurs Libet lui-même nuançait son expérience en évoquant la possibilité d'un veto accessible au sens individuel de la conscience. C'est en revenant à ce presque rien de la conscience pure que par participation le sens individuel peut se désidentifier d'un mouvement intérieur vu alors comme un mécanisme à transformer. Le sens individuel par son veto appelle une autre manière d'être du sein de la conscience pure. Et parfois ce mouvement avant de pouvoir de s'exprimer devient une virtualité dont l'énergie est exploitée pour un autre mouvement. 

Les questions autour du libre choix ou du déterminisme se déplacent donc :

- Après cet éveil à la liberté absolue auto-créatrice de la conscience pure, la dimension égoïque du sujet qui demeure dans cette conscience pure participe-t-elle ou non de cette liberté absolue ? Autrement dit l'ego, ce sens individuel de la conscience, persiste-t-il comme phénomène relatif agissant inexorablement selon l'absolu qui le détermine ? Ou bien malgré le fait que sa réalité soit relative le sens individuel de la conscience s'ouvre-t-il à de nouvelles manières d'être davantage soi par la grâce de la liberté absolue à la quelle il peut participer de plus en plus consciemment ?

[On trouvera ici dans notre épisode 2 sur Le libre-arbitre comme participation à la liberté absolue une approche prenant en charge ce questionnement]

- Avant cet éveil de la liberté absolue auto-créatrice, y a-t-il une forme de libre choix quelconque de l'ego d'un sujet qui ignore encore la conscience pure dont il tire pourtant la possibilité même de sa conscience individuelle ? Ou dans le geste retour à cette liberté auto-créatrice alors qu'elle était plus ou moins oubliée et ignorée, y a-t-il une forme de choix personnel ?

Enregistrer un commentaire